Regards croisés sur la mise en place d’ergosquelettes chez Isotec Invest

Regards croisés sur la mise en place d’ergosquelettes chez Isotec Invest


L'ergosquelette permet de lutter contre les troubles musculo-squelettiques (TMS). Focus sur cette innovation qui tend à se répandre dans le secteur du BTP, testée par le groupe Isotec Invest.
En France, 87 % des maladies professionnelles relèvent des troubles musculosquelettiques (TMS). Fait particulièrement constaté dans le secteur du BTP, dont une partie des métiers demande des compétences physiques.
Depuis sa conception, le groupe Isotec Invest a pour vocation d’améliorer les conditions de travail de ses équipes. L’entreprise s’intéresse aujourd’hui aux ergosquelettes, dispositifs d’assistance physique. Quel intérêt pour le secteur du BTP ? Regards croisés sur cette innovation récemment testée par le groupe.



Préserver la santé des collaborateurs

L’arrivée des ergosquelettes permet de combattre les risques liés aux troubles musculosquelettiques. « Le fait d’équilibrer l’activité musculaire permet de diminuer les risques de blessures. Le but de cette démarche, est de permettre de préserver nos collaborateurs et non d’augmenter leurs capacités. » nous explique Marjorie LIBERATO, Responsable QHSE.
Pour Emilie FERAL, PDG du groupe Isotec Invest, un employeur responsable ne doit pas être axé uniquement sur l’environnement.  Il y a une grande partie sociale à prendre en compte - l’amélioration des conditions de travail du salarié en fait notamment partie :
« En matière de RSE, le dirigeant doit avoir une vision à 360° degrés. Equiper les collaborateurs d'ergosquelettes, c’est d’abord préserver la santé au travail de nos salariés. C’est diminuer la pénibilité, et montrer aux équipes qu’elles sont importantes pour nous. 
L’innovation fait partie intégrante dans notre entreprise, ce pourquoi nous nous intéressons aux exosquelettes depuis longtemps. Nos métiers sont physiques, nos équipes travaillent dans des postures difficiles. Il faut vivre avec son temps et savoir prendre des décisions qui, certes sont coûteuses, mais ont du sens au sein de notre groupe familial, qui existe depuis 1973. Nos valeurs et notre culture d’entreprise, nous poussent vers l’avant.
En 2020 nous testions les prototypes Hilti. Si ces dispositifs sont encore améliorables, nous offrons désormais la possibilité aux opérateurs qui le souhaitent d’utiliser des ergosquelettes sur le terrain. Quand on place l’humain au centre de son entreprise, c’est bénéfique pour l’ensemble du groupe. En bout de chaine, la RSE fini par impacter positivement la rentabilité de l’entreprise, à court, moyen et long terme. »

Test de l'exosquelette Hilti par Isolis

Une innovation amenée à évoluer

Cependant l’adaptabilité à l’armature ne se fait pas immédiatement. « L’apprentissage à l’usage de l'ergosquelette tient ici une place particulièrement importante pour assurer une bonne acceptation de la technologie. » souligne Marjorie LIBERATO. « Il est nécessaire de procéder en deux temps. Le premier temps se déroule hors situation de travail réelle pour permettre à l’opérateur de s’approprier progressivement l'ergosquelette. Le deuxième temps correspond à la mise en œuvre de l'ergosquelette en situation réelle de travail pour s’assurer que l'usage de celui-ci ne soit pas à l’origine de nouvelles contraintes biomécaniques. »

En effet côté terrain, Ludovic SARDOU, conducteur de travaux pour la filiale Isolis, voit le système difficile à faire assimiler. « Seules les personnes ayant déjà des problèmes musculaires acceptent de l’utiliser. Les autres opérateurs, notamment les jeunes, ne voient pas l’intérêt de s’encombrer avec une machine sur le dos puisqu’ils n’ont aucun mal physique dans la réalisation de leurs tâches. » Selon lui les machines manquent d’adaptabilité et d’ergonomie. Il n’existe qu’une taille unique réglable avec sangle qui ne permet pas toujours une parfaite adaptabilité au corps du travailleur.
Hors l’exosquelette a aussi une utilité préventive. « Il y a quelques années je ne voyais pas l’intérêt, ça m’encombrait plus qu’autre chose. Aujourd’hui j’ai quelques problèmes de dos qui je pense, auraient pu être évités si j’avais porté un exosquelette régulièrement lorsque j’étais appelé sur chantier. »

Si les premières versions d'ergosquelettes ne sont pas complètement optimales, il est certain qu’elles sont ammenées à évoluer. Un nouveau pas pour l’amélioration des conditions de travail dans le secteur du BTP, auquel Isotec Invest compte bien participer !


Quelques articles pour aller plus loin sur le sujet des exosquelettes :
"Les exosquelettes innovent pour gagner l'usine"
"Tendances fortes ou idées de génie : les innovations les plus marquantes du CES 2020"
Usine Digitale 15/03/2021 - Des chercheurs développent un exosquelette autonome qui adapte sa démarche en fonction de son environnement